Poèmes page 4
Cette  robe de chambre mauve me relit encore à toi
Une douceur enveloppante pour le matin et le soir
Une atmosphère cotonneuse légère ...
Quel doux symbole !
Rêver d'une odeur d'un toucher de ta part
Sur ce beau vêtement me plait
Et me relie à toi .
Tes sourires inespérés
ont égaye des moments complices
Que j'ai gardés dans des petites vidéos
souvenirs qui ravivent ma mémoire .
Tes mains entrelacées dans les miennes
Tes bisous si doux tant attendus !
Tu m'as couverte d'affection, tel un nouveau né
Aux fins de cette nuit !
Aux premiers jours de janvier ,
La boucle bouclée prête à se refermer ...
Nos relations fusionnelles chez des âmes soeurs
nous ont comblées quelques décennies
Et malgré tous les malheurs rencontrés dépassés ,
Nous avons su rire à la vie jusqu'au bout
Nous deux
Bon voyage maman ...
Le M est la grande victime d'elle même
Manipulable à souhait sans consistance,
Le A me piétine me dépéce,
M'arrache bras et jambes
Car c'est son désir ...
Le G instable se paye ma tête et la coupe tout net ...
Le O insidieux et son J pervers cherchent de l'argent
et le pouvoir
Ils l'aiment autant qu'eux et les leurs
qui sont les meilleurs ,
c'est bien connu.
Pour cela on hésitera pas à en dépouiller une
pour abreuver les leurs
Ils ouvrent mes entrailles et
cherchent ce qu'ils pourraient en tirer ...
Le R au travers d'une attitude zen
Veut tirer tout le monde dans sa poche , en se victimisant
Elle fait la bohème ,joue à l'artiste mais ...
sans générosité ni altruisme cela n'existe pas ...
J'ai des droits ils n'en reviennent pas
Comment est ce possible ?
On l'a tant dépouillée ...
Je les hais tous dans leurs travers leurs soifs de pouvoir
Leur bêtise et leur cupidité
Coton mauve
Le papillon blanc
Octobre 2018